Pour une raison indépendante de notre volonté

Cela devait démarrer mardi. Moi, j’y croyais. Mais bon. On reste naïf. On m’a appris en dernière minute que c’était reporté à mercredi. D’accord. On avale un bon coup. On ne comprend pas tout, mais on ne comprend jamais tout.
Nous voilà mercredi, et ce matin, j’ai feuilleté le Soir trois fois de suite . Après quoi, je me suis jeté sur le trottoir devant le marchand de journaux, j’ai poussé des cris, j’ai maudit des gens que je ne connaissais même pas. Rien. Pas la moindre petite trace de Mirador dans le Soir.
Pas d’explication. Dans le courant de l’après-midi, je reçois la nouvelle, en quelques mots: c’est pour samedi, en fin de compte.
Vous y croyez, vous?
Allez, un petit effort.
Samedi. 9 juillet. 2011.
Premier épisode.
Si j’ouvre le journal et que je n’y trouve pas le premier épisode de Mirador, mon marchand de journaux va encore devoir faire appel aux forces de l’ordre pour dégager son trottoir.

2 Commentaires

Classé dans Feuilleton

2 réponses à “Pour une raison indépendante de notre volonté

  1. Allez Patrick, on y croit ! on y croit ! et on patiente jusque samedi. Vivement.

    • Bon, ben, alors, OK, on y croit. Il m’est sans doute arrivé de croire à des événements plus improbables. Mais j’étais plus jeune (genre 6 ans et demi). Il était question d’un gros barbu qui offrait des cadeaux. Je vous raconte pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s