Novice et ciment

« Je devrais être un sage. A l’age que j’ai, et avec trois ou quatre dizaines de textes publiés derrière moi, l’affaire devrait être entendue.

Et pourtant, à chaque fois, j’ai l’impression de recommencer de zéro. Comme si l’expérience n’avait pas pris (comme on dit d’un ciment qui durcit en séchant), comme si je me trouvais à chaque fois dans la peau du novice qui tâtonne et qui espère d’une manière ou d’une autre découvrir les moyens d’aboutir. »

shakespeare-in-love-98-04-g

Billet retrouvé dans les papiers rangés en tas à la gauche du clavier, sous le dictionnaire.

(Bon, ben, ça commence fort aujourd’hui… A part ça, tout va bien?)

Publicités

1 commentaire

Classé dans écriture, roman

Une réponse à “Novice et ciment

  1. Puissions-nous garder nos vices d’enfant jusqu’à la mort !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s