Archives du blog

Spetsofaï!

Bon d’accord, je n’aime pas les vacances, mais siroter du vin blanc sous un platane millénaire, avec la mer Égée en fond de décor n’a pas été trop désagréable. Vous allez me dire, on ne peut pas picoler du vin blanc toute la journée. J’ai essayé. Résultat: le mont Pelion avait l’air de trembler un peu dans l’air chaud, comme l’Etna juste avant de cracher sa lave. J’ai donc décidé de pratiquer d’autres activités: garer une voiture à quelques millimètres d’une falaise à pic, ranger des galets par ordre décroissant de grandeur sous l’oeil inquiet du reste de la famille, écraser un scorpion sous l’oeil inquiet du reste de la famille, chercher les villages que les Grecs ont décidé de camoufler au bas de sentiers impraticables, manger du poulpe grillé. Manger du poulpe grillé. Manger du calmar grillé. Manger une sorte de cassoulet sans les haricots ni le canard que les Grecs appellent spetsofaï (du moins c’est ce qu’ils nous ont fait croire, mais je me suis mis à douter en voyant les sourires qui naissaient sur leurs lèvres quand je prononçais ce mot-là dans les tavernas — peut-être que spetsofaï est en réalité une injure bien gratinée dans la région du Pelion). J’ai donc ramené quelques kilos  (et pas que dans les valises). La demeure des Stassinopoulos, nichée dans les collines, était parfaite — merci Yannis et Sosso. Je n’aime toujours pas les vacances, mais il y en a que je déteste un peu moins que d’autres.

Publicités

2 Commentaires

27 août 2012 · 14 h 30 min